La gouvernance numérique nécessite des technologies et des ressources humaines, ainsi que la confiance et la transparence, a déclaré le vice-premier ministre.

Praia, 15 nov (Inforpress) – Le vice-premier ministre et ministre de l’économie numérique a rappelé aujourd’hui que la mise en place de la gouvernance numérique souhaitée pour le pays nécessite des investissements importants dans les technologies et les ressources humaines et qu’elle requiert avant tout la confiance et la transparence.

Olavo Correia, qui s’exprimait lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur les indicateurs statistiques des télécommunications (TIC), qui se tient à Praia du 15 au 16, a également souligné que la référence du Cap-Vert dans ce domaine devrait être le monde, c’est pourquoi il devrait y avoir des indicateurs pour montrer où se situe le pays par rapport au monde et aux meilleurs.

“L’économie croît de 5 % aujourd’hui, mais par rapport à ce dont le marché cap-verdien a besoin en termes de création d’emplois et d’expansion de la classe moyenne, les performances en pâtissent. Nous devons donc passer d’une croissance potentielle de 5 % à 10 %, sinon nous resterons dans la même situation”, a-t-il déclaré, en indiquant que le numérique était le moyen le plus simple de transformer une “petite économie en une grande économie”.

Il a noté que les technologies devraient être utilisées comme un accélérateur pour une bonne gestion de l’action climatique et au niveau économique pour créer des emplois pour les jeunes, et a rappelé que l’éducation en termes de technologie et de pouvoir de communication doit être reflétée dans les écoles et les communautés.

PC/ZS

Inforpress/Fin

 

Facebook
Twitter
  • Galeria de Fotos